Mettre la main à la pâte. Et la tête aussi.
Vous êtes ici : Accueil » Formation » #ITyPA : jetons nous à l’O...pen

#ITyPA : jetons nous à l’O...pen

D 30 octobre 2012     H 08:36     A t_num     C 0 messages


agrandir

"Open" ou "ouvert" sont des adjectifs repris dans de nombreuses dénominations pour spécifier que tout le monde peut y accéder ou que chacun peut choisir son mode de participation ou les deux.
Quelques exemples : Opensource, formats ouverts, Formation Ouverte À Distance , MOOC : Massive Open Online Course, openoffice, OpenStreetMap, Open World Forum, Open Bidouille Camp, open hardware...

<carte_gis1|kml=111|fullscreen=oui>

Les participants du MOOC YTiPA sur OpenStreetMap



L’ouverture évoquée par ces deux mots est moins la possibilité que la liberté d’y accéder. Un peu comme si je laissais ma porte ouverte et invitais les gens à rentrer... Sauf qu’il y a trois marches et cela restreint donc l’accès à ceux qui ne peuvent pas les gravir. Si on prend le logiciel libre, le code est accessible(e qui est déjà très important). On peut le copier, on peut le diffuser mais le modifier n’est pas donné à tout le monde même si c’est aussi autorisé. L’apprentissage du code est l’obstacle à franchir pour profiter pleinement des quatre libertés [1]. Et pour les formations ouvertes ?

Quelles sont les marches à gravir ?

JPEG - 96.5 ko
Licence CC-By-sa

Des marches techniques

  • Inscription et boite mail obligatoire
  • Des services et logiciels qui utilisent des langages non standards qui obligent à bidouiller le navigateur pour installer les plugins et autres extensions
  • Le non-maintien de la compatibilité avec les vieux navigateurs
  • Trop de fonctionnalités des logiciels qui complexifient l’interface et qui sont peu utilisées.
  • La multiplicité des outils

Des marches liées aux compétences individuelles des participants

  • Les compétences rédactionnelles (écrire n’est pas chose aisée pour tout le monde.)
  • Les capacités à travailler de façon autonome et à s’organiser
  • Les capacités à travailler collaborativement

Des marches psychologiques

  • Identité numérique : les écrits des participants sont publics et ne sont donc plus lus seulement par les formateurs. Il peut y avoir des réticences des participants devant cette mise en avant de leur travail.
  • Un relationnel et des interactions avec les autres participants et les formateurs moins évidents par manque de face à face. Des réponses plus ou moins longues en fonction des individus et de leurs propres organisations en mode asynchrone. Cela nécessite une adaptation des participants à cette nouvelle façon de former et d’apprendre("Il y a encore beaucoup de participants silencieux. Sur le forum, certains demandent avec insistance « où est le cours ». Et à mon avis, ils ne cherchent pas l’URL de la page, mais plutôt des contenus structurés en vue d’assimilation." [2] )
  • Peur de la confrontation, du troll, du "bourre-pif".

Des marches éthiques(par rapport à l’utilisation de certaines plateformes gratuites)

JPEG - 16.8 ko
  • L’envie de ne pas devenir un produit : “Si vous ne payez pas, c’est que vous n’êtes pas un consommateur, mais un produit à vendre”. [3]

Ouvrir des portes

Il est de la responsabilité des promoteurs de l’ouverture d’accompagner ceux qui ne peuvent saisir cette opportunité, de créer des rampes d’accès, d’autres portes d’entrée plus accessibles ou tout autre système favorisant l’autonomie de la personne intéressée par entrer.

JPEG - 170.5 ko
Licence CC-By-SA
  • Porte 1 : Les questions techniques et pédagogiques en formation sont très liées. Il faut savoir utiliser les technologies, modifier les technologies et pouvoir échanger avec les techniciens à l’origine de ces outils pour les modifier et les adapter à nos objectifs pédagogiques. De même, il faut aussi pouvoir créer des outils technologiques selon nos besoins de formation et adaptable à l’hétérogénéité des apprenants. Etre formateur en FOAD, c’est être aussi hacker.
  • Porte 2 :Il faut aussi pouvoir s’appuyer sur les espaces virtuels sur lesquels les apprenants sont déjà habitués de participer tout en proposant d’autres espaces plus en adéquation avec l’esprit d’ouverture.
  • Porte 3 :Enfin, il faut permettre toutes les participations : les longs articles sur les blogs, les 140 caractères des plateformes de microblogging, les infographies, les réactions des forums, ou la participation sans productions ni interventions.

C’est là que ça se corse. Comment évaluer les différents types de participations entre celui qui à l’écriture facile et maîtrise le web social et celui qui participe que ponctuellement en 140 caractères ou qui ne contribue pas ?

La question est ouverte :)

Dans la même rubrique

7 janvier 2013 – Mon bilan champêtre

14 décembre 2012 – Des badges fait à la main,....

13 décembre 2012 – Derniers P’ITyPas...?

5 décembre 2012 – Twit, twit, les petits sociaux

3 décembre 2012 – We can be heroes

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message